La Fontaine, Joseph de librettiste
Autre(s) auteur(s): Mouret, Jean-Joseph

Les festes de Thalie

Balet en trois actes. [Suivi du] catalogue des livres nouveaux qui ses vendent à Paris chez Pierre Ribou […]
Paris, P. Ribou, 1714
Consultation: Sur place

Type

Disponibilité

,

Langue(s)

Publication / maison d'édition

  • P. Ribou

Collection

  • Collection Michel Chauvet de la Bibliothèque de Genève (ex libris placé au verso de la couverture).

Impression

  • Pierre Ribou, seul libraire de l'Académie royale de musique, quai des Augustins, [Paris]

Pagination

  • [i-ii]-xvi ; [1]-36 ; 1-7

Nombre de pages

  • 36

Description matérielle

  • Recueil factice relié, carton, usé sur la tranche. Bon état.

Dimensions

  • 18.5 cm x 23.5 cm

Autre(s) exemplaire(s) en Suisse

  • Non répertorié

Autre(s) exemplaire(s) à l'étranger

Edition(s) antérieure(s) ou postérieure(s)

  • BGE Ctc 7886 (1) (1720)

Ressources électroniques

Ressources électroniques

Mots-clés

, , ,

Résumé critique des parties introductives

La question du succès semble préoccuper l’auteur de ce livret de ballet.

Les noms des interprètes sont présents dans le livret.

Avertissement
L’avertissement de l’auteur annonce la structure du ballet. Les trois actes sont trois histoires indépendantes qui traitent du thème de l’amour. Elles se centrent sur des femmes, aux diverses étapes de la vie : d’abord, « la Fille » n’est pas mariée ; puis « la Veuve » l’a été mais ne l’est plus ; enfin « la Femme », elle, en sous-entendu et comme par définition, est mariée.

Prologue
Le prologue met en scène une dispute entre Melpomène, muse de la tragédie, et Thalie, muse de la comédie. Toutes deux convaincues de leur supériorité et de celle de leur art. Le conflit est résolu par Apollon qui décide de réunir les deux muses, et qu’elles régneront alternativement.

Résumé critique du corps du texte

Acte I
Acaste revient d’Alger avec des captifs. Il aime une jeune fille, Leonore, qui refuse de l’épouser. Elle affirme préférer « rire, danser, chanter » au mariage, qu’elle compare à l’esclavage. La danse est donc ici un symbole de liberté et elle est mise en opposition avec les obligations du mariage. La mère de Leonore, Belise, tient à marier sa fille ; elle réussit à la rendre jalouse en feignant d’aimer Acaste, et à faire en sorte que Leonore avoue son amour pour son promis. Satisfait, Acaste libère les captifs algériens tandis que des matelots marseillais manifestent leur joie en dansant.

Acte II
Leandre est amoureux d’une veuve, Isabelle, mais il craint que cet amour ne soit pas réciproque. Isabelle l’aime en secret, car elle se sent encore liée à son mari décédé. Sa confidente, Iphise, lui conseille de profiter de sa liberté retrouvée. Leandre charme ensuite Isabelle grâce à un divertissement dansé donné par une troupe de bergers. Troublée, Isabelle demande conseil à sa confidente qui lui répond d’aller consulter son mari sur son tombeau.

Acte III
Dorante tombe amoureux d’une inconnue masquée, lors d’un bal, sans remarquer qu’il s’agit en fait de sa propre épouse, Caliste. Décidé à la démasquer, il organise un second bal où il espère la rencontrer à nouveau. Caliste paraît et, au terme de leur conversation, Dorante lui promet d’oublier sa femme et de n’aimer plus qu’elle. Caliste se démasque alors. Elle lui pardonne son écart qui n’en est pas un, et tous deux rient de l’incident. L’acte se termine par une contredanse.

Commentaire
On peut supposer que La Fontaine, dont le sens de l’observation de ses contemporains n’est plus à démontrer, cultive une certaine ironie par rapport au mariage. Les critiques à son égard s’élèvent et retombent chez Leonore ; les résistances cèdent chez Leandre et Isabelle ; et les tentatives de s’en libérer sont vaines pour Dorante, qui, croyant tromper et dévoiler sa prétendante, est lui-même à la fois trompé et dévoilé – comme trompeur – par sa femme. L’absence de morale est ici une force : elle ouvre à la réflexion sur un phénomène social problématique, et peu problématisé.

Critère de choix du livre pour le cataloque

Intérêt du livret pour l’histoire de la littérature (auteur célèbre) et l’histoire de la danse: la danse est thématisée, et sa présence sur scène est en quelque sorte justifiée par le livret.

Contributeur(s)

,

Remarques sur la rédaction

Fiche établie par DK, relecture assurée par FM.
12 mai 2018