Bruyant, Anne-Marie

La danse libre

Sur les traces d'Isadora Duncan et François Malkovsky
Toulouse, Rolland, 2012

Type

Disponibilité

, ,

Langue(s)

Publication / maison d'édition

  • Rolland

Nombre de pages

  • 203

Dimensions

  • 15.8 cm x 23.7

Catalogue

  • rero

Ressources électroniques

  • Non répertorié

Mots-clés

, , , ,

Résumé critique des parties introductives

L’avant-propos évoque une tension entre danse et écriture qui est de l’ordre du topos. La danse, dans un premier temps, paraitrait se suffire à elle-même, et cependant, son écriture s’imposerait à un moment donné pour défendre, pour faire connaître ou pour promouvoir la première.

Si l’auteure tient à défendre la pratique de la danse libre, c’est qu’elle postule ses bienfaits. Elle confirme par ailleurs les liens entre la danse et une forme de spiritualité voire de religion; elle s’appuyant pour cela sur des paroles de Malkovsky comme sur des citations d’autres chorégraphes, comme Béjart (« Je suis entré en danse comme d’autres entrent au couvent »). Pour tisser des liens entre danse et spiritualité, Bruyant se base par ailleurs sur le livre de Gitta Mallasz, Dialogue avec l’ange, comme sur sa propre expérience. Des anges selon elle ont effectivement tenu un rôle dans son parcours en danse. Sur ce point, elle se situe en opposition aux nombreuses prises de position qui au contraire associent la danse et le diable et toute autre créature incarnant le mal.

L’auteure, enfin, insiste sur la filiation entre la pratique actuelle de la danse libre et celle d’Isadora Duncan. Avant d’en présenter la biographie, elle avance que cette chorégraphe et danseuse est la pionnière de toutes les formes de danse contemporaine et en particulier comme l’inspiratrice de François Malkovsky (1889-1982) —qui est selon elle « l’nventeur d’une pédagogie du mouvement naturel humain, devenue à elle seule ”la danse libre”  » (p. 25).

Résumé critique du corps du texte

La table des matières à elle seule permet de comprendre que l’ouvrage tisse des liens étroit entre la description de la pratique de la danse libre et la théorisation de la danse en général.

Par exemple, la pratique de la danse libre est associée à celle de celle du chant et cette seule association invite à redéfinir la danse. En effet, au regard de la tradition occidentale de la danse, dès le XVIIIe siècle, danse et musique et a fortiori danse et chant se sont développés en allant toujours vers davantage d’autonomie. Toute la question de la pratique normée de la danse, en particulier au travers des « pas de danse » est par ailleurs remise en question.

Remarques illustration

Nombreuses photographies en noir et blanc documentant la pratique ancienne et contemporaine de la danse libre.

Critère de choix du livre pour le cataloque

Le livre a été retenu puisqu’il documente la danse libre, un style pratiqué à Genève par Nicole Häring.

Contributeur(s)

Remarques sur la rédaction

Le dépouillement du livre est partiel. Il mériterait d’être achevé.
18 juin 2019